Histoire

Une peu d’histoire…
Comme toutes les grandes oeuvres qui ont bouleversé le monde, l’aviation est née avant tout d’un mythe. Le besoin universel de sortir de soi-même, la volonté de s’élever au delà des contingences d’une vie terrestre trop étroite, ont progressivement mené l’homme à l’envie de voler.

L’aviation fut la consécration d’une oeuvre de Foi; c’est pourquoi, comme toute religion, elle a son Code d’Honneur, son Apostolat, son Martyrologue…

A cette oeuvre, les jeunes se devaient d’adhérer, avec la passion et l’insouciance de leurs 15 ans, avec leurs trésors d’enthousiasme et de ténacité, avec ce désintéressement et cette pureté d’intention, qui les caractérisent. Aussi, des les premiers « bonds » d’aéroplane, nous les voyons rassemblés; c’est toute la troupe des « aides » bénévoles lors des essais d’Ader avec l’ «EOLE » en 1890 et lors du premier vol, immortel, de l’ « Avion » en 1897. C’est encore la bande déchaînée de gamins passionnés qui saluèrent frénétiquement les exploits des frères Wright lors de leur premier vol, en 1903, a Springfield


L’idée aéronautique fait tache d’huile, même en Belgique… Que de jeunes Belges enthousiasmés par des conférences, les récits, les films, les prouesses quotidiennement narrées dans la presse, les visites d’aérodromes, ne rêvaient pas de pouvoir approcher davantage ces engins merveilleux dénommés « avions » et en pénétrer leurs secrets, avec cette ardeur que la jeunesse mettra toujours à s’assimiler l’essence même des plus récentes découvertes.

Aussi, en 1928, l’Aéro-Club Royal de Belgique décida la création d’une section de pratique d’aviation sportive exclusivement réservée à la jeunesse et dont l’action doit intensifier et compléter l’oeuvre de propagande dirigée depuis deux ans déjà, avec beaucoup de dynamisme, par le Secrétariat de Propagande du Ministère des Chemins de Fer, Postes, Télégraphes, Marine et Aéronautique,

Son but immédiat était de permettre aux jeunes gens gagnés à l’idée aérienne, de s’initier profondément, avant d’aborder la carrière d’aviateur, non seulement à la pratique régulière de vols en avion, mais encore aux diverses techniques associées.

En juin 1928 a lieu à l’aérodrome d’Evere, la séance d’inauguration de la première section des Cadets Aviateurs de l’Aéro Club Royal de Belgique. Les vols débutent immédiatement sur RSV 32-90 et c’est par dizaines qu’en quelques semaines se comptent les vols d’initiation tandis que régulièrement, au sol, se poursuivent les conférences techniques sous la direction bénévole du personnel de l’Aéronautique militaire et de moniteurs civils. Un tel essort est certes remarquable à une époque ou les avions de tourisme sont monnaie rare et où le « danger de l’Ether » est un préjuge fortement enraciné dans le coeur des mamans.

Bien plus, des subsides spontanément accordés par le Comte de Broqueville, ministre de la Guerre, marquent l’intérêt des sphères officielles et du pays tout entier à ces premiers battements d’ailes.

Puis vint la guerre, avec ses restrictions, ses interdictions, son ciel hostile…

En juin 1945, après une longue période d’activité clandestine du temps de guerre sous l’énergique et dynamique impulsion de Gérard Tremeries, l’idée des Cadets d’avant-guerre fut reprise en une associa­tion sans but lucratif dénommée « Cadets de l’Air ». Il est intéressant de reproduire la définition de l’objet de ce nouveau groupement dont la formule est particulièrement heureuse :

« L’Association a pour objet de grouper en équipe les jeunes gens épris des choses de l’air, en vue de contribuer par tous moyens a leur formation morale, technique et physique, son activité s’étendant de ce fait à tout ce qui, sous une forme quelconque, se rattache a l’aéronautique ».

Grâce au dévoué commandant G. Tremerie, une brochure intitulée « Contact » fut éditée. Elle servait de liaison entre les différentes sections de Cadets.

Outre les vols de vulgarisation, les séances d’enseignement technique et les réunions des sections régionales, des camps étaient organises annuellement. Le défilé des Cadets en uniforme bleu, chemise bleu clair, cravate et culotte de velours était particulièrement impressionnant.

Cette A.S.B.L. dont les activités patriotiques sous l’occupation ennemie constituent un patrimoine inappréciable, entra en dissolution volontaire en décembre 1955 afin de permettre la constitution d’une nouvelle A.S.B.L. de même nom, sous l’égide de la Force Aérienne.

L’idée fait son chemin; … aux Etats-Unis, en Angleterre, au Canada, en France et ailleurs; réunis partout dans le même but, ne différant que par le nom de l’Association ou par la coupe de l’uniforme, les Cadets de l’Air forment ces légions de jeunes qui entendent se consacrer aux mille aspects de l’Aviation, pour le meilleur comme pour le pire.

La Belgique se devait de ranimer la flamme et de favoriser officiellement l’éclosion de vocations aéronautiques.

En 1952, sous l’égide de la Force Aérienne, une Escadrille expérimentale de « Cadets de l’Air » fut créée à Bruxelles. Pendant deux ans, de multiples activités tant terrestres qu’aéronautiques scellèrent ces amitiés durables et ce souci de perfectionnement qui sont le patrimoine le plus précieux de toute association.

Quatre camps sur planeur, d’inoubliables expéditions dans les forêts ardennaises et pour couronner le tout, les multiples aspects des C.A.P. International Exchanges avec les E.U. permirent de mettre au point les méthodes et les moyens indispensables a la création d’une nouvelle organisation, destinée a toucher tous les jeunes de Belgique.

C’est ainsi que le 21 décembre 1955, grâce a la collaboration de tous les organismes s’occupant d’Aviation et a l’appui de nombreuses personnalités civiles et militaires, une nouvelle A.S.B.L. fut créée.« Les Cadets de l’Air de Belgique », en vue d’un nouveau Départ…

Que sera celui-ci ? Ce que tu en feras; et nous ne doutons pas que grâce à toi et avec toi, de jeunes ailes de plus en plus nombreuses pourront battre un jour dans la fierté et I’enthousiasme a l’unisson de celles de leurs ainés.

Fin

février 21, 2018